Appareil audition : Bilan, Conseils et Informations

Qu’il s’agisse de l’âge, d’un trouble pathologique ou des suites d’un accident, les problèmes d’audition se révèlent réellement handicapant. Heureusement, la technologie aidant, de nombreuses méthodes permettent de recouvrer, totalement ou partiellement, une bonne audition et un confort d’écoute. Entre les appareils et les implants, un patient a bien plus de chance de trouver une solution aujourd’hui qu’il y a encore 20 ou 30 ans. Mais avant tout cela, avant d’en arriver à considérer quelle technologie siérait le mieux à notre oreille, à l’intérieur comme à l’extérieur, il est important de réaliser un bilan auditif. Et même de se poser la question suivante : comment savoir si l’on est atteint de troubles auditifs ?

>>>Cliquez ici pour faire un bilan de votre audition gratuitement <<<

 

 

Les signes de troubles auditifs.

bien entendre

La première étape, c’est bien sûr de pouvoir reconnaître les signes des troubles auditifs. Et parfois, il faut plusieurs années avant d’accepter cette perte d’audition. Mais voici quelques exemples qui pourraient vous mettre sur la piste :

  • La sensation d’entendre des sons comme étouffés lorsque l’on vous parle ;
  • Une audition qui semble correcte, mais une compréhension qui ne suit pas ;
  • La difficulté à percevoir les dialogues s’il y a, en plus, de la musique en fond, quand vous regardez un programme télé ou cinéma ;
  • Une mauvaise audition quand on vous parle le dos tourné ;
  • L’impression que vous interlocuteurs n’articulent pas (attention ! c’est parfois le cas…) ;
  • Le fait de faire répéter à maintes reprises vos interlocuteurs ;
  • Une propension à parler fort ;
  • Le volume de la radio ou de la télévision est ostensiblement plus fort chez vous qu’ailleurs ;
  • Une fatigue qui s’empare de vous si vous évoluez dans un milieu bruyant ;
  • Les sons plus faibles, comme le tic-tac de votre montre, ne sont plus audibles ;
  • Le téléphone n’est plus votre ami ;
  • La difficulté que vous éprouvez à suivre une conversation dès lors qu’il y a plus de 2 personnes…

Bien entendu, cette liste n’est pas exhaustive. Et si vous vous reconnaissez dans un ou deux de ces points seulement, ce peut être pour d’autres raisons. Mais si vous cumulez la majorité des points énoncés ici, il est peut-être temps de passer un bilan auditif.

 

Faire un bilan de votre audition.

bilan auditifC’est la seconde étape. Le but de la manœuvre est de pouvoir mesurer la baisse éventuelle de l’audition. Pour ce faire, le praticien utilisera un audiogramme. C’est-à-dire qu’il enverra des sons à différentes fréquences, dans chaque oreille, afin de mesurer jusqu’à quels seuils (fréquence et décibels) vous entendez parfaitement.

Mais l’exercice ne s’arrête pas là. Le but est de déterminer la cause de la perte auditive. A quoi votre hypoacousie est-elle due ? Car différents traitements existent, et il convient d’user du bon. En règle générale, les tests sont passés auprès d’un médecin, lors d’une consultation. Ils commencent par un interrogatoire permettant de savoir dans quelles circonstances la perte auditive est ressentie. Puis l’examen se poursuit avec un test clinique. Un audiogramme donc, permettant de tester les seuils en conduction aérienne. Il peut être complété d’une audiométrie tonale. Ici, les sons ne sont pas envoyés à l’aide d’un casque, mais par vibration sur l’os mastoïdien. Ceci permet de mieux révéler les seuils perçus directement en conduction osseuse, donc, dans l’oreille interne.

Ces deux épreuves peuvent être complétées par d’autres examens plus spécifiques, ayant pour but de vérifier chaque organe de l’oreille, comme les tympans, le conduit auditif externe ou encore les osselets.

 

Comment choisir son appareil auditif.

choix appareil auditif

En fonction du diagnostique qui sera réalisé par le médecin, et après avoir consulté l’audioprothésiste (qui fera sûrement des examens complémentaires), vous serez confrontés à un choix quant au face aux différentes possibilités de soins. Bien entendu, le niveau de votre perte auditive fera que certains moyens seront éliminés d’office. Mais, parmi les choix restants, vous devrez réfléchir aux avantages et inconvénients de chacun des appareils. Pas d’inquiétudes, le professionnel qui vous accompagne dans votre démarche saura vous conseiller.

Mais sachez déjà que votre choix sera fonction de votre perte auditive, de votre environnement sonore, ainsi que de vos capacités à manipuler certains types d’appareils très petits. L’esthétique, les gênes ressenties, la qualité du son sont également des éléments dont vous pourrez tenir compte.

(voir notre page pour faire son choix d’appareil auditif ici.)

 

Les différents appareils auditifs.

On compte différents appareils auditifs sur le marché. Si certains vous semblent plus « sympathiques », ou plus faciles à porter que d’autres, restez attentifs au fait que tous ne sont pas forcément adaptables à votre perte auditive, à la forme de votre oreille ou à l’étroitesse de votre conduit auditif. Passons en revue ces différents appareils auditifs.

Appareil auditif intra auriculaire.               Appareil auditif intra auriculaire.

Un appareil intra auriculaire se glisse dans l’oreille et peut paraître parfaitement invisible. En effet, la coque de l’appareil est réalisée sur mesure, selon le contour intérieur de l’oreille du patient. C’est dans cette coque que se trouve l’électronique embarquée. De là, un « tube » assez court se glisse dans le conduit auditif. Si cet appareil possède de nombreux avantages, tenant surtout du fait de sa discrétion, il ne peut convenir à tout le monde. Une conduit auditif trop petit, ou une perte auditive trop importante, et il faudra penser à un autre dispositif.

 

              Appareil à conduction osseuse. Appareil à conduction osseuse.

La voie choisie ici est différente que celle des autres appareils. Si les appareils auditifs conduction osseuse, intra auriculaires et invisibles privilégient la voie aérienne, l’appareil à conduction osseuse se fixe derrière le pavillon de l’oreille, directement sur l’os, permettant ainsi une conduction du son par voie osseuse, par vibrations. Ainsi, le son atteint directement l’oreille interne, sans passer par le conduit auditif. Selon la cause de la perte auditive, ce dispositif peut s’avérer très efficace, mais il est plus facile à porter pour des gens ayant la possibilité de le cacher grâce à leurs cheveux.

 

Appareil auditif contour d’oreille.               Appareil auditif contour d’oreille.

L’appareil auditif contour d’oreille est le plus imposant et aussi le plus répandu des appareils auditifs. Il se fixe derrière l’oreille et dispose de nombreux avantages. Le fait qu’il ne soit pas introduit dans le conduit auditif évite toutes les gênes et les désagréments liés à la transpiration ou au cérumen. De plus, il est adaptable et peut parfaitement répondre à tous les types et tous les degrés de surdité. Il a deux inconvénients majeurs ; il est très visible et peut donc être mal perçu par les porteurs, psychologiquement parlant. Et, quoique facilement manipulable, il consomme énormément de piles.

 

Appareil auditif invisible               Appareil auditif invisible.

Il s’agit d’un appareil intra auriculaire, mais il est impossible de le détecter à l’œil, tant il est petit et se glisse dans le conduit auditif. Là encore, c’est la voie aérienne du son qui est privilégiée. Tellement discret qu’on ne le voit pas, il ne peut se fixer si le conduit est trop étroit, et il est déconseillé aux personnes ayant une trop grosse tendance à la transpiration. De plus, il reste très fragile et ne se manipule pas facilement. Sa miniaturisation est intéressante, mais il n’est pas encore fait pour tout le monde.

 

 

>>>Cliquez ici pour faire un bilan de votre audition gratuitement <<<

 

Les différents implants auditifs.

Parce qu’il n’y a pas que des appareils extérieurs, parlons également des implants auditifs. En effet, les appareils auditifs ne peuvent répondre à tous les besoins. Et lorsque l’on souffre de surdité lourde, profonde, mieux vaut avoir recours à l’implant. Voyons quels sont ces implants.

Implant à ancrage osseux               Implant à ancrage osseux.

L’implant à ancrage osseux est un petit appareil implanté derrière l’oreille, à environ 2,5 cm de celle-ci. Très peu utilisé, il est pourtant un excellent moyen de lutte contre la surdité lourde. De plus, les nouvelles technologies permettent aujourd’hui une intervention légère, durant à peine plus de 15 minutes et ne nécessitant qu’une légère incision. L’implant se fixe directement sur l’os Mastoïdien. Le son se propage donc par vibrations, directement à l’oreille interne. Et il fonctionne très bien, même sous l’eau…

 

 

Implant cochleaire            Implant cochléaire.

Si la partie externe de l’implant ressemble à s’y méprendre à un appareil auditif contour d’oreille, la fonction réelle est bien différente. Ici, c’est l’oreille interne qui est « remplacée ». Lorsque celle-ci est défectueuse, l’implant cochléaire vient donc à la rescousse en transformant les sons en impulsions électriques. La partie interne de l’appareil est donc implanté, à vie, quand la partie externe est amovible. La partie interne, est implantée à travers la cochlée, permettant la stimulation du nerf auditif. La partie externe est munie d’un processeur, d’un micro et d’une antenne aimantée.

 

Implant d’oreille moyenneImplant d’oreille moyenne.

L’implant d’oreille moyenne fonctionne encore différemment. Dans ce cas, on utilisera l’énergie mécanique, et non des stimulations électriques. Le système est éprouvé et convient à toutes les surdités. Il est conseillé notamment aux personnes insatisfaites ou gênées par les appareils auditifs, quelles qu’en soient les raisons. Le principe ? L’implant est fixé dans l’oreille moyenne et recrée et amplifie les vibrations permettant de véhiculer le son. La pose de l’implant se fera lors d’une intervention de chirurgie. Mais la partie externe doit être enlevée la nuit et lorsque vous allez vous baigner.

 

prix appareil auditifPrix d’un appareil auditif.

Le prix d’un appareil auditif varie forcément en fonction de la nature de l’appareil. Entre les appareils, les implants, voire une prothèse auditive, l’écart est grand. A titre purement indicatif, vous pouvez trouver des prix allant de 550 € à plus de 20 000 €. En ce qui concerne les implants, par exemple, sachez qu’un implant cochléaire vous coûtera près de 23 000 €, sans compter les frais d’hospitalisation. Un implant d’oreille moyenne vous reviendra entre 2 500 et 7 000 €. Pour un ancrage osseux, comptez entre 2 500 et 5 000 €.

 

appareil auditif securite socialeRemboursement de la sécurité sociale.

La prise en charge par la sécurité sociale, c’est le minimum syndical. C’est-à-dire que c’est ce à quoi ont droit tous les assurés sociaux Français. Bien entendu, pour se faire rembourser, il faut qu’il y ait eu auparavant une prescription médicale. La base de calcul de la sécurité sociale est en général à 60 % de la base unique, fixée à 199,71 €, quel que soit l’appareil ou l’implant, et pour tout adulte de plus de 20 ans. Ce qui nous donne un remboursement par oreille de 119,83 €. Au cas où l’assuré serait pris en charge à 100 %, il serait donc remboursé du montant de la base unique (soit 199,71 €), et non à 100 % du prix du matériel, comme certains pourraient le penser.

Pour un enfant ou un adulte de moins de 20 ans, la base est bien plus élevée (entre 900 et 1 400 €). Le remboursement de l’appareil sera toujours de 60 % de cette base (sauf en cas de prise en charge à 100 %). Mais cet écart de prix dans la base est du à la classe de l’appareil, déclinées en 4 catégories ; A, B, C et D.

La classe A comprend les anciens appareils analogiques.  La classe D est dévolue aux appareils de toute dernière génération, entièrement numériques. Les deux autres classes, B et C sont rattachées à tous les appareils intermédiaires. Nous avons donc la base suivante ; A : 900 €, B : 1 000 €, C : 1 250 €, D : 1 400 €.

Sachez également que les piles ou autres fournitures peuvent être prises en charge sur présentation d’un justificatif, tous les ans. Il n’y a pas besoin d’ordonnance du médecin pour se faire rembourser les piles…

Pour plus de détails et de renseignements sur les remboursements des embouts, des piles et sur la catégorie d’un appareil ou d’un implant, il vous faut vous retourner vers un professionnel, voire, vers votre mutuelle. Toutes n’ont pas les mêmes gammes de produit et les mêmes tarifications quant à ses appareils.

>>>Cliquez ici pour faire un bilan de votre audition gratuitement <<<